[ Le SPANC de la CCVBN ] [ L'assainissement ??? ] [ Assainissement collectif ou non collectif ! ] [ Les filières ] [ Guide d'entretien ] [ Les différentes types de contrôle ] [ Procédure et documents à imprimer ]
 

 Les filières en assainissement non collectif

 LES FILIERES EN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Les eaux pluviales ne sont en aucun cas dirigées vers la filière d'assainissement non collectif.

Le Prétraitement
Il y a un point commun à tous les assainissements individuels, c’est la
fosse toutes eaux.

 La fosse toutes eaux

La fosse toutes eaux doit débarrasser les effluents bruts (les eaux usées arrivant dans la fosse) de leurs matières solides afin de protéger les drains contre un risque de colmatage.
Elle doit également liquéfier ces matières retenues par décantation et flottation.

La Ventilation :

La fosse génère des gaz (notamment l'H2S) qui doivent être évacués par une ventilation efficace. La caractéristique de l'H2S est d'être très corrosif (il ronge très rapidement le béton).  La ventilation située en aval de la fosse devra être située au dessus des locaux d'habitation et munie d'un extracteur statique ou éolien. Une ventilation à l’intérieur de l’habitation existe déjà, c’est la décompression : cela évite aux siphons de se vider et ainsi aux odeurs de ne pas remonter dans l’habitation.

 La ventilation

Les filières de traitement :

En sortie de fosse les eaux usées ne sont pas épurées. Pour les épurer, on utilise les bactéries présentes dans le sol pour dégrader (manger) la matière organique.
Suivant la nature du sol, on met en place différentes filières.

Si le sol est perméable (il laisse passer l’eau) et s’il la retient un peu, on met en place un épandage souterrain à faible profondeur.

Cliquez pour agrandir le schéma sur un épandage souterrain


L’épandage souterrain: des drains sont installés dans le terrain à environ 30 cm de profondeur, ils reposent sur un lit de graviers.
L’eau passe dans les drains et percole à travers le gravier.
Les bactéries dégradent la matière organique présente dans l’eau.
L’eau ensuite s’infiltre dans le sol.

 

 


Lorsque le sol en place est trop perméable (craie fissurée), les bactéries n’ont pas le temps de dégrader la matière organique, il faut alors remplacer le sol par du sable.

Cliquez pour agrandir le schéma sur un lit filtrant vertical non drainé

Le lit filtrant non drainé :

On crée une exclavation que l’on remplit de sable.

L’eau percole à travers le sable, les bactéries peuvent se fixer au sable et dégrader la matière organique.

L’eau s’infiltre dans le sol en place.

 

 

 

 

 

 

 


Lorsque le sol en place n’est pas assez perméable (argile), l’eau ne peut pas s’infiltrer. On remplace le sol existant par du sable pour que les bactéries puissent travailler, et on rejète les eaux épurées soit dans un fossé, soit dans une rivière, soit dans un puits d’infiltration.

 Cliquez pour agrandir le schéma sur un lit filtrant drainé à flux vertical

Le lit filtrant vertical drainé :
On réalise une exclavation que l’on remplit de sable.
L’eau s’infiltre à travers le massif de sable. Arrivée à la base du massif, l’eau ne peut pas s’infiltrer, on la récupère grâce à des drains posés au fond du lit et on dirige l’eau vers le milieu extérieur ou vers un puits d’infiltration.

 

 

Le puits d’infiltration ne peut être réalisé que s’il y a une dérogation préfectorale d’accordée.
Cliquez sur l'image (à droite) pour voir un schéma plus détaillé sur le fonctionnement du puits d'infiltration.
 Cliquez pour agrandir le schéma sur le puits d'infiltration

 

     

 Version imprimable de la page

 

Copyright © SMOP - Route de Noyers - 60480 FROISSY